Au Manoir Surnaturel

Discutons ensemble de phénomène étrange, de votre évolution spirituelle et médiumnique, nous sommes là pour vous aider et vous éclairer.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Bienvenue au Manoir surnaturel, venez nous rejoindre ! ! merci à tous mes petits anges pour votre présence et vos participations.
Amicalement Néfertiti
Bienvenue au Manoir surnaturel, venez nous rejoindre ! ! merci à tous mes petits anges pour votre présence et vos participations.
Amicalement Néfertiti
Phase Lunaire
Derniers sujets
» Anniversaire papillon
Dim 9 Juil 2017 - 20:05 par nefertiti

» Anniversaire Chantounette
Dim 4 Juin 2017 - 17:07 par nefertiti

» Anniversaire caline
Lun 17 Avr 2017 - 18:33 par nefertiti

» Anniversaire Lindorie
Mer 5 Avr 2017 - 18:37 par nefertiti

» Anniversaire Yolyrène
Mar 4 Avr 2017 - 22:43 par nefertiti

» Anniversaire Ortolan
Jeu 2 Mar 2017 - 20:10 par nefertiti

» Anniversaire Khorgal
Ven 24 Fév 2017 - 13:36 par nefertiti

» Anniversaire Antoine 78
Lun 20 Fév 2017 - 0:09 par nefertiti

» Floride, Croix et ciel...
Mar 14 Fév 2017 - 19:12 par nefertiti

» Quelques chansons d'Amir
Mar 14 Fév 2017 - 19:07 par nefertiti

» Anniversaire Mafatedale
Mer 8 Fév 2017 - 12:58 par nefertiti

» Anniversaire Isadora
Mer 8 Fév 2017 - 12:57 par nefertiti

» C'était ton Anniversaire Lucie!
Sam 4 Fév 2017 - 21:58 par nefertiti

» Horoscope amérindien
Dim 4 Déc 2016 - 13:59 par nefertiti

» Quelques chansons
Jeu 17 Nov 2016 - 19:09 par nefertiti

VOTES
Merci de voter pour le forum

Partagez | 
 

 le monde du mensonge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: le monde du mensonge   Lun 12 Nov 2012 - 20:54

Le mot "olam" signifie "monde". La kabbalah vient nous apprendre par là quelque chose d'essentiel. Olam vient du mot "néélam" qui signifie "caché". Quel rapport y a-t-il entre le monde et "caché" ? Ce sont des notions subtiles, et il faut avoir l'esprit suffisement affiné pour saisir des réalités fines et lointaines telles que celle-ci.

La vérité est la seule chose qui possède une existence propre. Tout le reste n'est qu'une illusion, un habillage, ou un mensonge. A la base de tout, il n'y a que le principe divin de la vérité, qui existe par dela toute chose. Il y a certes d'autres forces auxquelles D.ieu a donné l'éternité, mais la seule chose qui Est, c'est la vérité, c'est D.ieu lui-même ; c'est le centre absolu. Pourquoi est-il nommé "vérité" ?

En contradiction avec tous les habillages, qui sont nommés "caché", c'est à dire "mondes". Parceque dans tous ces mondes, la vérité vient s'incarner, se cacher. Comme notre esprit dans notre corps se cache, et on ne peut le trouver que par une recherche silencieuse, par l'expérience, par la perspicacité et un effort constant, de même la Vérité dans les mondes créés se cache en tout. Notre corps n'est pas la vérité, notre vérité, notre réalité, c'est notre esprit, le corps n'est que son habillage.

Cette vérité, elle est la source de l'étincelle première qui est enfouie en toute matière ; et par matière on peut entendre des choses dont la subtilité va jusqu'à une pensée.

Tous les mondes créés sont donc appelés Olam, c'est à dire "le lieu où la vérité vient se cacher, s'habiller". Selon le degré, la couche de "olam", de matière, qui sépare la vérité de la conscience est plus ou moins fine. Dans les degrés supérieurs, les sephiroth élevées, la couche est fine, c'est une infime couche de cristal à travers laquelle resplendit la lumière de la vérité. Dans notre monde, la matière est épaisse, incroyablement épaisse, et la vérité est invisible.

Nous avons exposé là les raisons kabbalistiques, mystiques.

La vérité dans notre monde est extrêmement cachée, et c'est parceque l'homme s'est nourri du fruit de l'arbre interdit qu'il a été déchu jusque dans un monde aussi bas. Il connait ici seulement le bien et le mal. Pourquoi notre monde est-il si empli de mensonges ? Parceque c'est par le mensonge que nous pouvons trouver la vérité. Pas la Vérité cosmique qui est D.ieu, car Lui, c'est au contraire sans les couches de mensonge que nous le voyons. Mais la vérité au fond de nous-même. Qui sommes-nous ?

Comment un homme peut-il se connaître lui-même, si toute sa vie durant il n'est confronté qu'à une seule face de la création ? Il est pur, car il est né face à D.ieu, qu'il a grandi face à Lui, et que jamais ne lui a été tendue le fruit du libre choix. Lorsque l'homme vient s'incarner dans ce monde, il vivra dans un monde polarisé ; où le mal, c'est à dire le mensonge, représente la quasitotalité de ce qui l'entoure, et où la Vérité est loine et difficile d'accès.

Et c'est seulement dans de telles conditions qu'il saura qui il est, et ce qu'il veut. Tant qu'il reste dans le monde d'en haut, dans la lumière, qui est-il ? Il est programmé et il n'est qu'une réaction à l'environnement extérieur parfait. Mais lorsqu'il chute ici bas, les deux portes s'ouvrent devant lui.

Mais alors, pourrait-on dire, pourquoi le mensonge est partout et la vérité si dissimulée que presque personne n'y parvient ? Parcequ'elle est bien plus puissante. Comment serait-ce possible de choisir, un seul instant, le monde du mensonge qui nous entoure, si la vérité était ici face à lui, et que nous avions un choix libre et facile à faire ? Personne n'irait vers elle, et l'homme ne se connaîtrait toujours pas : Il n'aurait réagi que logiquement face à un choix évident.

C'est précisément pour cela que le mensonge recouvre la terre, et que la vérité n'est qu'une étincelle invisible ici bas. Ainsi, chacun saura à quoi il aspire. Celui qui appartient à D.ieu, il ira le chercher, aussi bas serait-il tombé dans ce que les bouddhistes appellent "maya". C'est à dire le monde qui cache, le monde de l'illusion. Entouré par le mensonge, seul l'homme qui aspire profondément à la vérité et à D.ieu se dirigera vers Lui. Et ce ne sera pas sans peine. Car sans peine, qui pourrait dire que ce choix est sincère ? Il serait idiot de dire : je veux ce qui est faux. Mais si maintenant la vérité est un trésor lointain, gardé par un puissant dragon, et que le mensonge est un plaisir immédiat et accessible ; alors celui qui va vers la vérité, nous ne pouvons douter de qui il est, de ce qu'il désire au plus profond de lui, de la nature de son âme. L'homme vient ici, et il se connait lui-même, il découvre qui il est, ce qu'il veut, et à quoi son âme profonde aspire.

Celui qui se complaît alors dans le mensonge et la facilité, aussi trompeurs soit-il, nous disons de lui qu'il s'est laissé tromper, et que son coeur n'aspire pas réellement à la vérité ; cet homme ne recevra pas les grandes lumières du monde à venir. Le monde du mensonge omniprésent est la seule arme qu'à D.ieu pour donner à l'homme un libre arbitre véritable, et un mérite qui permettra à l'homme de dire : "Moi, je suis" ; et c'est en cela que le serpent a dit : "Si vous mangez de ce fruit, vous serez comme D.ieu".

Car tant que l'homme n'a pas eu à connaître un épais monde de mensonge, il n'existe qu'en réaction du monde extérieur, mais n'a pas fais lui-même son propre choix, son choix difficile et véridique.

C'est pour cela qu'il est écrit : "Je t'ai donné le choix entre la vie et la mort, choisis la vie !"

La mort est le mensonge, c'est à dire : ce qui n'est pas. La mort, ça n'est pas, ça n'existe pas, ça n'a pas d'existence propre. La mort n'est qu'un changement d'état. Elle n'existe pas entant que telle. Le mensonge, c'est la même chose : il n'existe pas. Quand à la vie, c'est la vérité, et c'est pour cela qu'elle est éternelle, car elle est ; elle est D.ieu.

D.ieu nous dévoile ici le sens de cette vie ici bas, de choisir entre la vie et la mort, entre la vérité et le mensonge, et il insiste : choisis la vie !

Pourquoi insiste-t-il ? Parceque ce n'est pas évident, c'est extrêmement difficile. Sans cette éclaircissement, cette phrase semblerait sinon bien étrange ...

Pourquoi est-ce difficile ? Car le monde du mensonge est partout, il nous entoure, et nous offre des choses qui semblent vraies ici bas. Vu que nous sommes dans le monde du mensonge, le mensonge parait vrai, et la vérité parait fausse, car elle est cachée. C'est donc le mensonge, en raison de sa présence intense ici, qui semble le plus proche, le plus vrai, et c'est là que le choix est difficile. Illustration : Quel plaisir semble le plus vrai : Celui d'une relation intense d'amour avec D.ieu, ou celui de la nourriture, ou d'une fille, ou d'un honneur ... ? L'homme dont les yeux ne se sont jamais ouverts à la conscience qu'il y a une vérité réelle et transcendante répondra : "le plaisir physique, lui au moins, il est bien réel, concret, il existe ... tandis qu'une relation avec D.ieu ..." Eh bien c'est pourtant le contraire, le plaisir physique est mensonger, il ne dure qu'une seconde, puis disparait, car n'appartenant pas au degré de la vérité, il n'a pas d'existence propre : il ne dure qu 'un instant et disparait comme s'il n'avait jamais existé. C'était un rêve, un mensonge. Comme disait Salomon : "Tel un bateau traçant sa route dans la mer, elle se referme aussitôt et on ne retrouve nulle trace de son passage ... Telle une fleche traçant son sillon dans les airs, il disparait en un instant..." En revanche, la relation vivante et vibrante avec le créateur du monde ; celle-ci est vérité, et elle est éternelle. Là se trouve un degré de vérité, qui ne s'effacera pas, jamais, ni dans ce monde ni dans l'autre.

Mais l'épaisse coquille du mensonge cache cela ici bas. Et il se fait passer pour plus réel que la réalité elle-même. Il fait passer la réalité pour un rêve, et le rêve pour la réalité. En vérité ici nous rêvons, et un jour nous nous reveillerons ; et ce reveil est la mort.

Il n'y a que dans cette atmosphère de mensonge et de faux que l'homme peut choisir véritablement librement, et décider la route qu'il suivra, le choix qu'il fera, et la voix qu'il écoutera. S'il n'était que dans la lumière, une seule voix parlerait, quel choix ferait-il donc en l'écoutant ? Qui serait-il ? Et même si la voix du mal venait à parler à son oreille, serait-il idiot au point de l'écouter, alors qu'il est face à D.ieu et que la Vérité est claire à ses yeux ? Ce serait impossible.

C'est donc dans le dernier monde, dans la dernière "cachette" de la vérité que l'homme vient se réaliser, et devenir véritablement libre, libre de choisir et de faire. Et ce n'est qu'en étant là que l'attachement au bien, à D.ieu, et à la Vérité, est de sa part un mérite véritable.

Voilà la raison d'être du mal que l'on appelle mensonge, et c'est maintenant à nous de le percer chaque jour à chaque instant, pour ne vivre que dans l'authenticité véritable, dans nos conceptions, nos pensées, nos volontés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le monde du mensonge   Lun 12 Nov 2012 - 21:13

Comme nous pouvons le lire dans Genèse 3-1, le serpent est rusé. Et si il est rusé c'est parce qu'il sait que ça n'est pas en utilisant le mensonge pur qu'il attirera la femme, mais en disant la vérité de manière partielle. (ce qui est aussi un mensonge)

Le serpent a répondu à la femme que le fruit ne leur donnerait pas la mort mais les rendrait comme des divinités et leur donnerait la connaissance du bien et du mal. Il ne leur a pas dit tout ce qu'ils devraient subir pour y arriver, il leur a juste dit la finalité. Ainsi, il ne leur a pas dit "toute la vérité" mais uniquement un bout de la vérité. Et cela s'appelle un mensonge. Pas un pur mensonge, mais tout de même un mensonge.
En Psychologie, on appelle cela l'amorçage. Par exemple, je vous propose de venir travailler dans ma vigne tous les jours pendant un mois et au bout du compte vous toucherez 2000 euros. Qui ne dit pas oui ?
Une fois obtenu votre oui, je vous signale qu'il faudra venir travailler de 4h du matin jusqu'à 10h et de 15h à 21h non stop. De plus vous ne serez ni nourris ni logé sur place. Il n'y a pas de jour de congé. La vigne se trouve dans le nord, et il fait tous les jours entre -5 et +5°. Qui dit toujours oui ?
Sur le coup, le serpent a su présenter à la femme les aspects les plus intéressants, essentiels du fruit. Mais il ne lui a pas tout dit. Et voilà que la femme succomba à la tentation.
Et le principe de la tentation réside précisément en ceci : c'est un effet d'amorçage. Lorsqu'on est tenter de manger un énorme plat de spaghettis, on ne voit pas le mal de ventre à la fin. On voit surtout combien on va se régaler. Ou bien lorsqu'on voit une fille dans la rue, qui nous regarde, chaude à en bouillir, avec des habits à en tomber par terre et un regard sensuel... on est tenté... ! Mais on ne voit pas l'après : cette fille était une voleuse qui en a profité pour nous voler notre porte feuille ! (et ça n'est là que la moindre des pertes)
Ainsi, on sait maintenant comment fonctionne le serpent, avec sa ruse. Il se sert de cette technique nommée "amorçage". (cf : l'amorce pour pêcher le poisson!)

Si le serpent a tenté la femme de manger le fruit, c'est qu'il avait quelque chose à y gagner, quoi donc ? La vie divine qui coulait dans les veines de l'homme et de la femme. Oui, le mal vit dans un monde de mensonge et il ne cherche qu'une chose, agrandir son royaume.
En mangeant le fruit interdit, l'homme et la femme ont fait entrer en eux-même la vie d'en-bas, la vie du royaume du mal, du mensonge. Et ainsi, ils se sont recouverts du mensonge. Exactement comme un homme qui mange un fruit avarié, il devient comme ce fruit, avarié.
Ainsi, en mangeant ce fruit, en plongeant dans ce fleuve de "mort-vivante", l'homme et la femme ont donné leur propre vie et ont créé un monde par cette vie, un monde à l'image du fruit qu'ils ont mangé.
Leur vie a servit à créer ce monde matériel dans lequel nous vivons et qui n'est en réalité qu'illusion. Nous sommes habillés d'illusion, nous voyons chaque jour une illusion et le sens qu'a cette vie matériel, sur Terre, selon les principes et mœurs terrestres n'est qu'illusion.
Nous vivons dans un monde où c'est l'apparence qui gouverne, c'est l'apparence qui donne le sens. Alors qu'en réalité c'est l'essence qui donne le sens.
Sur Terre, malgré le fait que l'athéisme devienne la religion la plus répandue (avec l'islam), l’idolâtrie existe encore. Oui, sur Terre c'est le culte du profit, de la jouissance personnelle. On loue ceux qui sont riches et qui ont tout ce qu'ils veulent et c'est cela qu'on recherche. On idolâtre la matière.
Tout est inversé. C'est bien le monde à l'envers.

Ainsi, nous vivons dans un monde fait de notre propre essence, de notre propre vie. Oui, car lorsque nous étions au Gen Eden, auprès de D.ieu, unit à D.ieu, nous dépendions de Lui, c'était Lui qui nous nourrissait directement. Nous n'avions aucun effort à fournir pour trouver notre subsistance.
Or, maintenant que nous sommes partis, tel un fils qui part étudier à l'étranger, se séparant de sa famille, nous avons dû trouver du travail, travailler par nous même : "à la sueur de ton front tu mangeras ton pain [...]" Genèse 3-19
Et juste après il est écrit : "[...] jusqu'à ce que tu retournes au sol, puisque tu en fus tiré. Car tu es glaise et tu retournera à la glaise."
On peut comprendre ce passage superficiellement et penser à la décomposition du corps des morts qui redeviennent poussière comme de la terre, la terre de laquelle nous tirons notre subsistance. Mais on peut aussi le comprendre spirituellement.
L'homme a été tiré du sein de D.ieu, il est lumière, lumière divine. Chaque âme humaine est une étincelle de l'âme universelle, du monde divin. Chaque âme provient du monde divin. Notre source d'âme est en haut, dans le Ciel, dans la Mère Universelle, l'Âme de l'Univers, l'Âme de la Création qui contient toute chose. Donc, jusqu'à ce que nous retournions à notre source, l'Âme Universelle, nous devrons tirer notre subsistance à la sueur de notre front, par nous-mêmes.
Oui, nous sommes venus habiter, vivre dans le monde du mensonge, dans le monde du mal. Ici, tout ce que l'on voit, entend, sent, goûte est mensonger. (cf: matrix 1) Oui, car c'est le yetser hara qui nous pousse à rechercher les plaisirs (soit-disant!) de son monde (car ils sont en réalité procurés par le divin dans l'homme ou dans la matière, par la vie que nous y avons laissé) afin de le nourrir lui et non nous-même, et non d'accomplir la Volonté Divine. Voilà l'épreuve que nous avons choisit avant de nous unir pleinement à D.ieu, avant d'accéder à ce que D.ieu nous promettait. Nous avons choisit de grandir par nous-mêmes.

Néanmoins, pour cela, nous avons donné de la vie au mal, et nous sommes venus habiter et nourrir son monde. Nous vivons en lui, chez lui, il est en nous : "elle prit du fruit de l'arbre et le mangea". Nous avons ingurgité le mal. Il est en nous. Le bien aussi est en nous, mais tel une toute petite graine, enfouit tout au fond de notre terre et qui ne demande qu'à germer. En outre, le mal, lui, est cet animal qui grogne, rugit, vocifère, quémande, à l'intérieur de nous aussi. "J'ai faim, j'ai mal, j'ai ceci, j'ai cela, je veux ceci, je veux cela... je, je, je..." tout cela, l'égo, c'est le yetser hara.
Il nous a poussé à venir en son monde, ignorant que ce serait de notre propre vie que nous la payerions. Ignorant qu'en réalité nous viendrions vivre dans un monde fait d'illusion.
Ainsi, nous sommes descendus sur Terre, dans la matière lourde et opaque (en apparence!) ; nous nous sommes incarnés dans un corps, au prix de notre vie. Nous avons condensés notre propre vie en mangeant ce fruit, ce fruit de mensonge, ce fruit qui est en réalité un poison d'illusion.
C'est comme si à l'entrée du monde d'en-bas, le yetser hara nous disait : "avant d'entrer je dois te prévenir, en-bas, c'est moi qui dicte tout, c'est moi qui dit qui, quoi, comment et pourquoi. En bas, c'est avec mes yeux que tu verra, mes oreilles que tu entendra, ma bouche que tu goûtera. Tu devra me laisser entrer en toi et vivre en toi. Je mettrai mes lunettes sur tes yeux, mes écouteurs sur tes oreilles, tu viens dans mon monde, ici c'est moi qui gouverne.
Oui, nous sommes unis au mal, alors qu'avant, en haut, nous étions unis à D.ieu et c'était le mal qui était dehors. Maintenant c'est presque l'inverse. Presque car D.ieu est toujours en nous, mais caché. Oui, le monde, "olam" en hébreu, signifie caché. D.ieu s'est caché et il a laissé la première place au mal afin que nous puissions nous mesurer à lui, nous renforcer, grandir et le vaincre.

Comprenons donc bien ce qui est : nous vivons dans le mensonge, ici bas, dans le monde du yester hara, sur son territoire.
C'est un peu comme si avant nous vivions dans l'air et que maintenant nous vivions dans l'eau. Nous avons changé de milieu de vie, totalement. Quoiqu'en vérité nous vivons toujours en D.ieu. Mais... il est caché...

Et en vérité c'est D.ieu qui a choisit cela, en laissant le serpent nous parler. Ainsi, il a voulu que par nous-mêmes, grâce au libre arbitre, nous accédions aux richesses entreposées en nous. Oui, nous aurions aussi bien pu rester dans le Gen Eden et croître sous l'influence directe de D.ieu, mais cela n'a pas été. D.ieu a préféré, dans son amour infini et son insondable sagesse nous permettre de "manger notre pain à la sueur de notre front", de prouver par nous-mêmes que nous sommes des Fils de D.ieu.
Il a fait du "mal" notre marche pieds pour accéder au rang de véritable Fils de D.ieu. Ainsi notre titre, notre nom serait mérité, nous serions vraiment des Fils de D.ieu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le monde du mensonge   Lun 12 Nov 2012 - 21:22

La chute primordiale



Adam et Eve vivaient dans le jardin d'Eden, où ils jouissaient de la Présence de D.ieu.

Les animaux sauvages leur tenaient compagnie, et il n'y avait pas de guerre, pas de violence, c'était un sanctuaire de paix. Les félins les plus terribles étaient doux comme des agneaux, et Adam s'occupait de chacun d'eux. Il leur donnait des noms, ce qui prouve qu'il possédait une très grande science. Quant à Eve elle s'occupait des plantes et des fleurs, communiquait avec elles, et travaillait à avoir le même parfum qu'elles, à avoir leur finesse, leur beauté, leur odeur.

Ils ne mangeaient ni viande ni légume, mais seulement les fruits du jardin. Que sont les fruits du jardin ? Il s'agit en fait des fruits de l'arbre de vie. Ils se nourrissaient de leurs courants purs ascendants.

La chute concerne la consommation du fruit de l'arbre des sciences. Le serpent est venu les allécher, les tenter, et ils ont consommés de ce fruit. Il se montrait tentant, beau, attirant, et les humains décidèrent de le toucher. Et encore aujourd'hui de nombreux idiots aiment à le consommer. Cet attrait que le serpent, par ses mensonges, a mis en l'homme envers le fruit, existe encore en certains êtres qui sont incroyablement attirés vers l'en bas comme s'il possédait tous les secrets et le salut de l'humanité et de leur propre âme.

Bref, qu'est ce que ce fruit ? Il s'agit de la nature inférieure, l'orgueil, le "moi séparé". Le "moi uni" se trouvait dans les autres fruits qu'ils consommaient, ceux qui venaient des autres arbres. On entends beaucoup dire de la part de beaucoup de spiritualistes : le fruit est la puissance sexuelle. C'est vrai. La notion de l'autre côté indépendant est un peu compliquée et je ne l'ai jamais vraiment abordé.

Dans le corps d'un homme, tout obéit à la tête. Les mains obéissent et ne se révoltent pas, les lèvres, les yeux... Tout est sous les ordres du cerveau. Tout ... ? L'estomac parfois dicte sa propre volonté. Le sexe dicte sa propre volonté, et le "moi raisonnable" doit combattre contre les "moi pulsion" afin d'avoir le dernier mot, comme si deux sources, possédant chacune leur propre volonté, se manifestaient en l'homme. L'une, le "moi raisonnable" qui a son siège dans le cerveau, et l'autre, le "moi pulsion" qui a son siège dans la force sexuelle. Tout tourne autour de ces deux centres. Les besoins de l'estomac, du plaisir, de la nourriture, de la reconnaissance des autres, de l'orgueil, tout cela vient de la source indépendante sexuelle. Le "moi raisonnable", lui, demande le bon fonctionnement du corps, de façon logique, intelligente, bienveillante envers tout l'organisme, envers tous les aspects de l'homme, y compris le coeur, la connaissance, les besoins sociaux, etc. Tous les aspects de l'être humain sont traités avec bienveillance par le "moi raisonnable" qui désire que tout soit en bonne santé, opérationnel, fort, propre, etc. Le "moi pulsion" ne désire pas toutes ces choses, mais uniquement le plaisir, la jouissance, le contentement immédiat. Le "moi pulsion" pense qu'en accumulant à la suite des quantités industrielles de satisfactions immédiates, il arrivera à une satisfaction globale. Beaucoup de gens marchent dans leur vie intérieure d'après ce schéma. Pas dans leur vie physique, car ils ont réussi à épanouir la conscience du "moi raisonnable" jusque dans le plan physique, contrairement aux animaux qui n'ont pas étendu cette conscience jusque là. Donc l'homme dans sa vie physique sait qu'il faut manger comme ci ou comme ça, ne pas fumer, être propre, s'habiller, faire du sport, etc, il en a conscience et le fait un peu.
Malheureusement, dans sa vie spirituelle, intérieure, il fonctionne selon la vision des choses du "moi pulsion". Il réagit selon les plaisirs, les satisfactions immédiates, et rajoute toujours des quantités et des quantités de paille pour alimenter son feu, croyant le faire durer ainsi jusqu'à la fin des temps. Il n'a pas encore compris qu'il fallait un autre carburant que celui qui se consume vite ; et que celui qui pollue tout pour à la fin laisser un feu éteint, entouré de cendres. Non, la philosophie de ce "moi" là, c'est à dire un plaisir continuel, ce n'est pas le bonheur. Le "moi raisonnable" cherche le bonheur dans un chemin différent, à long terme, il s'occupe des choses précieuses et importantes pour les rendre meilleures. Il ne cherche pas le plaisir, mais le bonheur. Il ne cherche pas le court terme, mais le long. Il veut la stabilité et la réussite réelle. Que ce soit dans le plan physique, ou spirituel. Le "moi raisonnable" cherche dans le plan physique la santé, la jeunesse, la richesse, le confort, l'argent ... Tandis que le "moi pulsion" cherche la nourriture en abondance, le sexe, le bruit, l'adrénaline. Il aime le risque.

C'est à partir de là que nous pouvons appliquer ça au plan spirituel. Le "moi raisonnable" cherche la vérité, l'amour, la sagesse. Le "moi pulsion" cherche la puissance dans l'orgueil, la domination, la force, la beauté, la ruse, la vengeance. Pourquoi cherche-t-il la vengeance ? Car il ne connait pas la durée, le temps, et il ne croit donc pas en une justice divine. Il ne voit que l'immédiat, le maintenant. Il veut donc faire justice à la place de la Justice. Ces deux moi ont chacun une volonté libre et indépendante.

Manger le fruit interdit a faire germer en l'homme un nouveau "moi", le "moi pulsion". Avant, Adam et Eve n'avaient qu'un "moi", le "moi raisonnable". Lorsque ce "moi raisonnable" réussit son oeuvre et fait de l'homme une divinité, il lui obtient un degré de bonheur et de satisfaction immense. L'homme est alors sublimé, il jouit de l'amour infini, il possède une sagesse, une intelligence éclairée extraordinaire, et il connait la Vérité. Il est donc absolument heureux. Adam et Eve étaient absolument heureux, mais le "moi pulsion" n'est pas qu'une pulsion bête et méchante, non, il est très très intelligent. Il possède ses ruses, ses combines, ses plans, ses arguments. Car il veut, il est une intelligence qui veut arriver à ses fins et obtenir ce qu'elle désire, et l'homme est sa marionnette, son pantin, qu'il manipule pour qu'il le serve. Il n'est pas une réaction animale mécanique à un fait qui se présente ; il est une conscience individuelle qui désire pour des raisons précises, que l'homme en qui il vit réagisse de telle ou telle manière. Il est donc tout à fait à même de lui mentir, lui donner des conseils mauvais et faux afin de le tromper. C'est donc plus ou moins faux de l'appeler "moi pulsion", car ce n'est pas le "moi" de l'homme mais une présence étrangère avec qui il fait un.

Ce "moi pulsion", que nous appellerons donc plutôt "le deuxième" (nous verrons pourquoi plus tard), est venu intelligemment donner des arguments à Adam et Eve afin que malgré leur pur bonheur, ils le goutent, et se livrent à lui. Il leur dit : "Si vous me mangez, vous ne mourrez pas, mais vous serez comme D.ieu."

Beaucoup disent là : Le serpent est le maître du mensonge, il ne peut que mentir... Mais en vérité il n'a pas menti. Adam et Eve ne sont pas morts, ils vivront encore après l'avoir gouté. Mais ils vivront dans l'en bas... Et ils deviendront comme D.ieu oui, mais après combien de millions d'années de souffrance ... Ca il a bien omis de le dire. Car ce "deuxième" est très intelligent, et lorsqu'il conseille l'homme, encore aujourd'hui, il lui donne toujours de pernicieux conseils. Certaines fois, biensur, et même la plupart du temps, il ment. Ici, il est chez lui, sur son terrain, et s'il veut mentir, il ment. Lorsqu'il est monté dans le jardin d'Eden, il était chez D.ieu, et si D.ieu l'a laissé rentrer, ce n'était certainement pas pour qu'il se livre ici au mensonge.

Il a donc, de manière très rusé, conseillé Eve afin qu'elle goute le fruit. Elle l'a pris et l'a mangé, et "le deuxième" a pris vie en elle. Ce que nous prenons dans nos vies pour un "moi inférieur", mais qui est en fait une personnalité étrangère, est né en elle. Le serpent, sa semence, est devenu une partie d'elle dont elle ne se séparerait plus jamais.

Une deuxième volonté indépendante est née en elle. Avant, elle était une : une seule volonté, elle commandait tout son corps, toute son âme, et rien ne contredisait son autorité ; et elle n'avait à contredire l'autorité de personne. Du jour où elle a gouté ce fruit maudit, une deuxième volonté indépendante est arrivée, dictant ses exigences, ses souhaits.

Voilà ce que j'ai appelé au début de la conférence, le "moi séparé". C'est à dire ce nouveau "moi" qui n'est pas "moi", mais qui est une partie de moi, la seule partie de moi qui est séparée de "moi". Les autres parties qui composent mon être et qui ne sont pas "moi", sont entièrement dévouées et soumises à "moi", comme en attestent les membres du corps. Mais il y a ce nouveau "moi" indépendant, séparé, possédant ses propres exigences et sa propre volonté, et nous devons vivre avec.

Le cheval et le cavalier sont bien deux entités distinctes, qui n'en forment qu'une. Il faut maintenant que "moi" je puisse dresser mon cheval, mon "moi séparé" pour pouvoir faire de grandes choses à travers lui, au lieu de me laisser continuellement renverser par lui.

Voilà, le "moi séparé", le "deuxième", c'est la nature inférieure, c'est le diable qui est devenu indépendant de D.ieu et qui n'est pas comme les anges : unis à sa volonté comme les membres de son corps.

Il s'agit des deux centres de gravité de la création, les deux êtres capables munis d'une volonté propre. D.ieu, étant le Fort, l'Invincible, contrôle parfaitement le "deuxième" et se sert de lui comme nous devrions nous servir de notre nature inférieure ; il fait par le diable un travail immense qui n'est que pour réaliser SA Volonté. Quelque soit l'avis du cheval, il n'est qu'un cheval, et il va là où on lui ordonne d'aller.

L'homme, ayant en lui deux sources de volonté indépendantes, le "Premier", le "Un", c'est à dire D.ieu ; ou le "deuxième", le "moi séparé" c'est à dire le diable ... peut décider à quelle volonté obéir, et quelle partie de lui il décide de servir. Mais il n'est jamais indépendant. L'homme n'est pas un "troisième". Il obéit à qui il veut, et par cela il est indépendant et libre, mais il n'est pas un pôle individuel. Il est dépendant de la Volonté Libre qu'il décidera de servir.

Qu'il souhaite servir son orgueil, sa fierté, sa force, son corps, sa personnalité, son égo, ses désirs, ses pulsions... Il est un esclave du "deuxième". Car le deuxième fait obéir les hommes en insufflant en eux une vague puissante de sa volonté, qui est appelée pulsion. Pulsion d'orgueil, de domination de l'autre, compétitivité... Car le deuxième veut coûte que coûte soumettre l'homme.

Que l'homme maintenant souhaite trouver la Vérité, qu'il souhaite manifester beaucoup d'Amour, qu'il recherche la Sagesse profonde de la vie, il va pour servir le "Un", le "Premier." Celui-ci parle à l'homme à travers une petite voix, toute petite voix, car il ne veut pas le forcer, il ne veut pas l'obliger, et il lui dit simplement la Vérité. Si l'homme veut l'entendre, il l'entendra. S'il est trop occupé à servir le deuxième, il ne l'écoutera pas, et donc il ne l'entendra pas. La voix de D.ieu est dans le silence, c'est la petite voix. Discrète, elle ne se répète pas plus de trois fois.

En revanche le deuxième fait un boucan énorme afin que l'on entende pas la petite voix. Il sonne les trompettes, il répète, il insiste, il crie, il veut absolument soumettre l'homme. Et vu que chez l'immense majorité des êtres, celui qui crie le plus fort a raison ... Alors voilà, on écoute le "deuxième" car il fait plus de tapage. Et cela se manifeste dans la capacité des humains à s'en prendre inconsciemment aux faibles et à défouler leur agressivité sur ceux qui ne font pas la guerre. Ça reflète cette mentalité à préférer le boucan à la vérité. Ce n'est pas une critique que je fais contre eux, c'est une vérité ; malheureusement.

Voilà donc ce qu'a été la consommation du fruit interdit. La création en soi d'un siège pour l'être séparé. L'homme a fait germer en lui cette deuxième nature. Il était jusqu'à présenter un miroir tourné vers le ciel, il a placé en lui un deuxième miroir, tourné vers l'enfer, et qui fait parti intégrante de lui jusqu'à sa mort.

Après qu'elle ait mis sa contagion sur Adam, les deux se retrouvèrent nus. Ils eurent honte et se cachèrent. Car avant d'avoir placé en eux une demeure pour l'autre côté, ils étaient habités entièrement de lumière, d'amour, de paix, de divinité. Ils rayonnaient tant qu'on ne voyait pas leur corps, bien qu'il était déjà physique. Après avoir mangé du fruit de l'arbre de la connaissance, ils ne rayonnaient plus : l'obscurité s'était introduite en eux, car la deuxième nature est éloigné, très éloigné de la première, et toute lumière ne sort que de D.ieu. Cette obscurité a opacifié leur chaire, et ils se sont vus pour la première fois, en dessous de la couche de lumière qui les entourait. C'est alors qu'ils se cachèrent grâce aux feuilles du jardin.

Ils en furent chassés, et se retrouvèrent dans les degrés inférieurs de la matière, où leurs descendants sont aujourd'hui.

Pourquoi cela est-il arrivé, pourquoi D.ieu a-t-il permis au serpent de rentrer ... Ça c'est une autre histoire

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: le monde du mensonge   Lun 12 Nov 2012 - 21:38

study Merci ruach pour la lecture. sunny
Et la signification de "lé olam", tu connais ?
Facile pour toi . Wink


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: le monde du mensonge   Lun 12 Nov 2012 - 21:45

non je connais pas desoler je lis en même temps que je fais un copier coller sur le forum mais j'aime beaucoup ce genre de texte !.

Je les trouvent interresant il ne sont pas écris de moi ..

Il y a peux je chercher sur Adam et Eve moi même et maintenant je trouve des idées dans ces textes ..


C'est aussi pour savoir si vous aimez ces types de texte la ..moi j'adore et vous ?.

Pour parler .

Entre autre ces jours ci je pensées que le monde qui nous entoure est trés négatif, telle que le texte l'indique le " monde de l'illusion dense ".
Ils disent aussi qu'il(le mal) est en nous en partie . oui a nous de lutter pour tirer l'essence .
A nous de faire néamoins comme ils disent un "je suis" etc.

Il semble qu'il parle des 2 état de conscience sous la forme "de la pulsion " et la " pensée raisonable " etc





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le monde du mensonge   

Revenir en haut Aller en bas
 
le monde du mensonge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» master 2 "monde du livre" à aix
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu
» Institut du Monde Arabe
» Bébé face au monde
» article-payer les mères à la maison,tout le monde y perdrait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Manoir Surnaturel :: LA COLLINE DES CONNAISSANCES :: LA COLLINE DES CONNAISSANCES :: LE SACRE COEUR-
Sauter vers: